News Bulletins

Back

BULLETIN D’INFORMATION ​Numéro 01

SAINT ET GRAND CONCILE DE L’EGLISE ORTHODOXE

BULLETIN D’INFORMATION - 21 juin 2016

Bureau de Secrétariat Panorthodoxe
Edition française
Mardi, le 21 juin
Numéro 01

Académie Orthodoxe de Crète 18-27 juin 2016

Quand Il a envoyé des langues de feu,
Il les appela tous à l’unité
Et ainsi nous glorifions le Saint Esprit.
(Kontakion de la Pentecôte).

Ce Bulletin est une édition pour l’information des observateurs, des journalistes et des media accrédités. Les traductions dans les autres langues ne sont pas officielles. Ce Bulletin est publié sur le site officiel du Saint et Grand Concile: https://www.holycouncil.org/home

Dimanche 19 juin 2016

Les travaux du saint et grand Concile de l’Église orthodoxe ont débuté le 19 juin 2016, dimanche de Pentecôte, à l’Académie orthodoxe de Crète, à Kolymbari de Hania, par une concélébration liturgique en l’église métropolitaine Saint-Minas d’Héraklion.

lundi 20 juin 2016

À l’issue de la divine liturgie célébrée pour la fête du Saint-Esprit, le 20 juin, au monastère patriarcal et stavropégiaque de Gonia, la séance d’ouverture du Concile a débuté, selon l’usage, par une prière, et elle s’est déroulée sous la présidence de Sa toute-Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholomaios avec la participation de Leurs Béatitudes les Primats des Églises orthodoxes ayant pris part au Concile, de leurs délégations, ainsi que des conseillers et assistants de celles-ci.

Discours d’introduction du Patriarche œcuménique Sa Sainteté a exprimé sa joie pour la réponse positive des dix Églises, c’est-à-dire, d’Alexandrie, Jérusalem, Serbie, Roumanie, Chypre, Grèce, Pologne, Albanie, des Pays tchèques et Slovaquie. Il a aussi exprimé son regret pour la non-participation au Concile de quatre Églises, c’est-à-dire d’Antioche, Russie, Bulgarie et Géorgie qui avaient pourtant collaboré dans toutes les étapes de préparation des thèmes en y apportant leur diligente contribution ; la déception pour ce désistement sans raison précise fut d’autant plus grande que deux d’entre elles avaient agrée et signé tous les textes du Concile lors de la récente Assemblée des Primats des très-saintes Églises orthodoxes autocéphales. Dans ce sens, sur proposition acceptée par tous les Primats, une lettre datée du 17 juin a été adressée aux Primats des Églises qui ne participent pas au Concile, les invitant de participer à la concélébration du dimanche de Pentecôte ou à celle qui aura lieu le dimanche de tous-les-Saints à l’occasion de la clôture des travaux du Concile (le 26 juin).

Dans son discours d’ouverture, Sa Sainteté a rappelé l’importance et la signification de la convocation du saint et grand Concile pour laquelle toutes les Églises ont fourni d’infatigables efforts afin de préparer les thèmes figurant à l’ordre du jour du Concile, le retard marqué dans le processus de préparation étant dû aux conditions notoires du XXe siècle, adverses pour toutes les Églises. Le Patriarche œcuménique a associé la réunion du Concile aux initiatives prises par l’Assemblée des Primats afin d’en accélérer la préparation et la convocation, surtout celles du Sommet réuni au Phanar (en mars 2014) et de celui réuni à Chambésy-Genève (en janvier 2016). Il a très chaleureusement salué la présence de représentants des autres Églises et Confessions chrétiennes qui manifestent un intérêt soutenu pour la convocation et le travail du Concile.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la vive critique exercée à ceux qui souhaitent empêcher la réunion du Concile sous de faux arguments et des raisonnements sans fondement, accusant les participants de soi-disant trahir l’Orthodoxie, s’affirmant dépositaires exclusifs de celle-ci.

Concile et conciliarité Ce Concile n’est pas une nécessité dictée par les événements, mais émanant de l’identité conciliaire de l’Église qui n’existe qu’en Synode. S’opposer à la réunion du Concile équivaut à trahir la tradition patristique de l’Église et jette un total discrédit personnel aux tenants d’une telle idée. Il a, entre autres, souligné que la conciliarité signifie aller au-delà de l’individualité au profit de l’esprit de catholicité. La conciliarité a pour principe l’assemblée eucharistique, c’est-à-dire le fait de « se réunir pour célébrer la divine Eucharistie ». De tout temps, la pratique de la conciliarité fut le seul moyen pour l’Église de résoudre les problèmes de toute nature auxquels elle a dû faire face au niveau local ou à un niveau supérieur. Les décisions prises par les conciles (locaux, métropolitains, patriarcaux) étaient revêtues de prestige et d’autorité, alors que leurs détracteurs étaient exclus de la communion ecclésiale.

Commission préparatoire – thématique Mention spéciale a été faite des Conférences panorthodoxes préconciliaires qui, durant une cinquantaine d’années, ont préparé le saint et grand Concile, seule manifestation authentique de la conscience conciliaire de l’Église. En outre, les nouvelles questions surgies au cours des dernières décennies ont dicté d’y apporter une solution conciliaire, notamment : la relation de l’Église orthodoxe avec l’Église catholique romaine ; des questions de nature administrative soulevées au sein de la Diaspora orthodoxes dans les pays occidentaux, désormais très nombreuse ; les efforts destinés à rétablir l’unité de la chrétienté, désignés sous le terme conventionnel d’ « Œcuménisme » ; ainsi que d’autres questions d’ordre pastoral et des problèmes bioéthiques causés par les nouvelles technologies appliquées à presque tous les niveaux de vie de l’homme contemporain.

Fonctionnement du saint et grand Concile Sa Sainteté a ensuite abordé le mode de fonctionnement du Concile, notamment l’unanimité de toutes les Églises orthodoxes locales, principe requis jusqu’à présent pour l’adoption et la signature des textes. Ce principe n’engage nullement le saint et grand Concile habilité à amender les textes, à condition que lesdits amendements fassent l’objet d’une acceptation unanime, sinon le texte déjà adopté reste en vigueur. À l’occasion de la fête du Saint-Esprit, le Patriarche œcuménique a dit qu’il importe de se tourner vers le Paraclet et mettre en exergue l’unité de l’Église dans la communion aux sacrements, fixant de plus comme objectif l’unité dans les sacrements du Baptême, de la divine Eucharistie et du Sacerdoce. Il a conclu son discours en adressant une salutation courtoise aux observateurs et aux journalistes présents à la séance inaugurale.

Sa Béatitude le Patriarche Théodore II d’Alexandrie a souligné le fait que le Concile des Églises orthodoxes constitue une victoire pour l’unité de l’Église, de plus, réuni au jour de la Pentecôte, avec la prière : « viens Esprit saint, viens et demeure en nous, purifie-nous de toute souillure et sauve nos âmes ». Il s’est référé à la nécessité de la conciliarité et à la possibilité d’y obtenir l’unanimité.

Sa Béatitude le Patriarche Théophile de Jérusalem a parlé de la ferme détermination de l’Église orthodoxe de réunir le saint et grand Concile dont la convocation a été décidée il y a des décennies, tout ajournement étant injustifié.

Sa Béatitude le Patriarche Irénée de Serbie a salué toutes les Églises participantes de la part des fidèles Serbes, soulignant que pour son Église c’est une grande joie de participer au saint et grand Concile lequel démontre l’unité de l’Orthodoxie ; qu’il aurait souhaité que toutes les Églises soient présentes, mais qu’il s’agit là d’« un petit nuage et il sera vite dissipé ».

Sa Béatitude le Patriarche Daniel de Roumanie a chaleureusement salué toutes les personnes présentes et rendu grâce à Dieu pour la réalisation aujourd’hui du saint et grand Concile tant attendu, priant pour que l’illumination du Saint-Esprit nous conduise à l’unité en Christ.

Sa Béatitude l’Archevêque Chrysostome de Chypre a qualifié le Concile d’événement extraordinaire pour l’histoire de l’Église orthodoxe, alors qu’il a considéré que l’absence des quatre Églises est principalement due à des raisons d’ordre communicationnel. Il a vanté le mérite du Patriarche œcuménique, car sous son pontificat inspiré, les procédures de préparation du saint et grand Concile ont été accélérées permettant aujourd’hui la réalisation de celui-ci. Il a en outre signalé les graves problèmes contemporains qui sévissent aujourd’hui dans l’Église orthodoxe, tels l’ethno phylétisme exprimé dans les Diptyques et le mode de proclamation de l’Autocéphalie, ainsi que le fondamentalisme religieux.

Sa Béatitude l’Archevêque Jérôme d’Athènes et toute la Grèce a signalé que la fête du Saint-Esprit aujourd’hui célébrée peut constituer une source d’illumination pour notre communion avec Dieu et entre nous. Le présent Concile n’est pas une simple réplique d’autres formes conciliaires antérieures, mais c’est un Concile qui, sans prendre des distances (sans se différencier) de la tradition, s’efforce d’apporter des réponses aux questions préoccupant l’homme contemporain.

Sa Béatitude l’Archevêque Sava de Pologne a remercié les Églises participantes d’avoir fait preuve d’esprit d’unité dans le Christ et d’avoir respecté le statut canonique de l’Église orthodoxe.

Sa Béatitude l’Archevêque Anastase d’Albanie a vanté la complétude historique et théologique du discours du Patriarche œcuménique ; à propos des Églises absentes, il a souhaité qu’elles prient pour la réussite du Concile, avant de rappeler la proposition faite au cours des délibérations à Chambésy de réunir régulièrement un Concile panorthodoxe. Il a souligné que le principe d’unanimité dans la prise de décisions a généré de nombreux problèmes à l’échelon panorthodoxe et proposé d’introduire le principe de majorité, déjà en vigueur au Ier Concile œcuménique. À l’instar de tous les Conciles œcuméniques nous devons faire face, a-t-il dit, à une hérésie majeure, celle de l’égocentrisme maladie générant des divisions.

Sa Béatitude l’Archevêque Rastislav des Pays tchèques et de Slovaquie, a prié pour que la grâce du Saint-Esprit éclaire les travaux du saint et grand Concile.

Séance de l’après-midi Au cours de la séance de l’après-midi ont été débattues les propositions d’amendement lues par Sa Béatitude l’Archevêque Jérôme d’Athènes figurant dans le texte de la délégation de très sainte Église de Grèce. Deux de ces propositions ont été acceptées par le Concile, alors que la troisième sur le caractère sacré (sacralité) de la personne humaine, ayant suscité de longs débats théologiques, le texte a été maintenu tel qu’était.

Concert « églises sous forme de ciel »

Le premier jour des travaux du saint et grand Concile a été achevé par un concert donné au théâtre de l’Académie Orthodoxe de Crète (Nôpegeia), au cours duquel ont été interprétés des extraits de « Axion esti » d’Odysseas Elytis et Mikis Théodorakis, interprétées par les artistes Maria Farantouri, Dimitrios Kavakos, Tariana Papagéorgiou. A aussi participé le chœur de l’entreprise publique d’électricité, sous la direction de Kostis Konstantaras, alors que l’association folklorique « Vrakophoron » de Crète s’est aussi produit dans le contexte de la manifestation. Les Primats et des hiérarques des Églises participantes du saint et grand Concile ont honoré le concert de leur présence.